Autoroute du Maroc, un exemple d’échec

Autoroute du Maroc, un exemple d’échec

Malgré la fréquentation en hausse, les tarifs, les autoroutes du Maroc (ADM) demeurent déficitaires. L’ADM a réalisé au semestre 2015, un résultat net négatif de 990 millions de dirhams, contre une perte de 412 millions de dirhams durant la même période de l’exercice précédent.

Ayoub Arif

Le ministre l’Equipement, du transport et de la logistique, Aziz Rabbah, maître d’œuvre de cet échec, n’a pas trouvé d’autre prétexte infondé de ce résultat négatif que « l’importance des charges d’intérêts des prêts contractés par l’ADM pour le développement du réseau autoroutier et des dotations financières ». En effet, le résultat négatif est inexplicable, puisque, à titre égal, le chiffre d’affaires et les autres indices s’affichent en bonne santé.
Ainsi, durant ce premier semestre 2015, le chiffre d’affaires de l’ADM a connu une progression de 5,6%, en s’élevant à 1,099 milliards contre 1,041 milliards au 30 juin 2014. Même tendance pour l’Excédent Brut d’Exploitation qui a atteint 822 millions de dirhams en augmentant de 8% par rapport à 2014, profitant principalement de l’évolution des chiffres d’affaires. Dans cette perspective, il est à souligner d’un trait que l’encours de la dette s’est élevé à 39 milliards de dirhams.
Le total bilan de la société est passé de 48 milliards de dirhams au premier semestre 2014 à 52,70 milliards de dirhams durant la même période de l’exercice en cours.

Articles qui peuvent vous intéresser

Laisser un commentaire