Bourse de Casablanca : L’amélioration de la masse bénéficiaire n’est toujours pas au RDV

Bourse de Casablanca : L’amélioration de la masse bénéficiaire n’est toujours pas au RDV

Au premier semestre 2015, la tendance de baisse des bénéfices des sociétés cotées s’est poursuivie sous l’effet de la concurrence étrangère des importations, de l’effet de l’endettement ou de l’impact de la hausse devises sans parler des bugs de la Samir, Alliances ou Risma.

Farid Mezouar, expert à Casablanca en finance des marchés

La masse bénéficiaire des sociétés cotées a affiché en 2015 S1, un recul important de 31% à 9,9 Mrds DH, qui ponctue trois derniers exercices plutôt mauvais. En effet, la masse bénéficiaire 2014 a reculé de 12,5% quand celle de 2013 était en recul de 4% et celle de 2012 avait chuté de 10,3%.
Même hors Samir, le CA est en hausse de 2,3% à 106 Mrds DH quand la masse bénéficiaire est en baisse de 5,3% à 13,4 Mrds DH. Ainsi, comme nous l’avions annoncé plusieurs fois à FL Markets, le marché marocain démontre encore son efficience ayant correctement anticipé le cru plutôt mauvais des résultats, avec une baisse annuelle du MASI quasiment similaire au recul des bénéfices hors Samir.
Pour la tendance sectorielle, la bonne surprise vient du secteur bancaire avec une hausse des bénéfices de 2,1%. En effet, les trois grands groupes bancaires qui avaient pris de l’avance dans le provisionnement du risque ont fait une pause en 2015 S1, ce qui a permis de stimuler leurs bénéfices. Toutefois, cet effet de base sera plutôt négatif pour 2015, où les banques pourront difficilement baisser davantage le coût du risque.
Au niveau de l’assurance, la bonne performance de Saham Assurance et d’Atlanta a tiré le secteur (+9,6%) malgré la stagnation des résultats de Wafa Assurance.
Comme autre bonne surprise, citons l’agroalimentaire (+11,2%) dont la masse bénéficiaire a progressé essentiellement grâce à Cosumar et la bonne tenue des autres sociétés à l’exception de Centrale Laitière.
A contrario, plusieurs industriels ou équivalents ont souffert comme les mines (-7,2%), les télécoms (-8%) ou les infrastructures (-3%). Pour sa part, le ciment (+ 0,7%) a tiré son épingle du jeu malgré le dévissage de Holcim Maroc. De même, sans surprise la masse bénéficiaire de l’immobilier&tourisme a reculé de 77%, seule Addoha ayant vu ses résultats progresser.
Aussi, indépendamment des secteurs, plusieurs sociétés ont viré dans le rouge (ou s’y sont maintenus) comme Stroc, Med Paper ou IB Maroc sans parler de Risma et d’Alliances.

Articles qui peuvent vous intéresser

Laisser un commentaire