En Afrique, la sagesse marocaine inspire l’Empire du milieu

En Afrique, la  sagesse marocaine inspire l’Empire du milieu

«Voilà, et je le déplore, l’heure de nous séparer. En attendant des jours plus sages, nous vous disons adieu et nous vous souhaitons bonne chance avec votre nouveau partenaire ». C’est ainsi que, Feu Hassan II a annoncé le retrait du Maroc de l’Organisation de l’Union Africaine (OUA), le 12 Novembre 1984, à Addis-Abeba.

Nasser Bouchiba
Conférencier a l’Université Sun Yat-sen, Guangzhou, Chine/ Spécialiste des Relation Sino-Africaines

Malgré son départ légitime de l’OUA, le Maroc resté, viscéralement, attaché au développement harmonieux de la grande famille africaine. Par cette attitude, le Maroc donne l’exemple. Le royaume inspire par la sagesse d’une prise de position et une politique de visionnage édifiante les plans stratégiques de l’Empire du milieu, on nomme la Chine. Ainsi, lors du sommet Sino-Africain tenu, le 25 Janvier 2015, à Addis-Abeba, le ministre des Affaires étrangères Chinois, Wang Yi, a lancé un nouveau concept de coopération entre le continent africain et la Chine, nommé, « Trois Réseaux et Une Transformation ».
Les « Trois Réseaux », dont parle le ministre Wang Yi, sont les futures liaisons à édifier entre les différents pays du continent. La Chine a l’ambition de construction, grâce à des aides, 3 grands réseaux ferroviaires rapides, d’autoroutes et d’aviation entre les différents pays de l’Afrique. La « Transformation » renvoie, au même temps, a l’industrialisation rapide possible suite à la réalisation de cette infrastructure, et, le support que peut apporter la Chine pour qualifier les compétences. Dans cette perspective, des choix du chiffre « 3 » et « 1 » n’est, certainement pas, un hasard. Dans la culture chinoise, le numéro « 3 » est signe de respect. Pour un chinois, il est impératif de taper trois coups avant d’entre à une habitation. Toutefois, le chiffre « 1 » est signe d’unité, qui est l’aspiration de tous les pays en voie de développent dans un nouveau ordre mondial ou l’union fait de plus en plus la force.
A lire l’annonce du ministère Chinois sous le prisme de la politique marocaine en Afrique, on peut y relever des points communs. Ceci dit, la vision stratégique du Maroc depuis l’Independence s’est concentrée sur la construction des infrastructures basiques, tels que, les routes, les aéroports et les ports. Le plus important, dans ce cadre, c’est cette conscience affichée du Maroc de l’importance que le pays octroi au développement de son infrastructure.
Par ailleurs, le Maroc et la Chine semble jouer sur la même corde, quand on sait que les deux pays travaillent sous l’égide de coopération et non pas aide, comme on a tendance à faire avec le continent africain. Pour le Maroc le terme aide ne reflète pas, ses aspirations, en tant que partenaire stratégique. Il est à souligner que, les sociétés transnationales de la Chine veulent en profiter de la croissance soutenue du marché Marocain, de la stabilité politique dont jouie le royaume, de la position géographique, pour atteindre plus, rapidement, et à des coûts moins élevés un marché africain.
Au final, il est, fortement, suggéré au Maroc pour mieux bénéficier de la coopération avec le géant asiatique de suivre le modèle de coopération Sino-japonais des années 80/90 ou les sociétés chinoises publiques -privés étaient impliquées pendant tous les stades de développements des projets. Et ou des programmes de formation de spécialistes étaient lancés dans les universités et les centres de recherches des deux pays. Sans oublier, une plateforme de transfert de technologie, mise en place pour faciliter le transfert de connaissances et des expertises. Ces mesures avaient fortement contribué au développement rapide de l’économie Chinoise, qui récolte jusqu’à nos jours ses fruits.

Articles qui peuvent vous intéresser

Laisser un commentaire