Gaz-Pétrole : Le Maroc reste un pays très inexploré

Gaz-Pétrole : Le Maroc reste un pays très inexploré

L’annonce faite le 12 mai courant par l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) la découverte de gaz dans le puits de Sebou qui entrera en production le 15 juin prochain , son impact , le potentiel pétrolier et gazier du Maroc sont au centre de l’interview que nous a accordée Francis Perrin , Directeur de la rédaction du magazine Pétrole et Gaz Arabes, président de Stratégies et Politiques Energétiques (SPE).

Propos recueillis par Noureddine Boughanmi

Quelle est votre appréciation de l’annonce de la découverte du gaz dans le puits de Sebou et son impact?

Sur le permis de Sebou, dans le bassin du Gharb, la société britannique Circle Oil, associée à l’Office National des Hydrocarbures et des Mines (Onhym) a réalisé une dizaine de découvertes gazières. Ce sont de petites découvertes mais il y en a eu plusieurs et ce permis est en exploitation comme il y a un marché pour ce gaz. La nouvelle découverte semble également de petite taille mais le puits SAH-W1 sera mis en production dans les prochaines semaines et permettra d’accroître la production de gaz et sa commercialisation. C’est donc une bonne nouvelle même si sa portée est limitée.

Quelle est votre lecture du potentiel pétrolier et gazier du Maroc ?

Ce potentiel est non négligeable mais un potentiel doit être ou pas confirmé grâce aux activités d’exploration. Nul ne sait aujourd’hui si ce sera le cas mais le point positif est que de nombreuses compagnies pétrolières étrangères sont actives au Maroc, y compris certaines grandes sociétés, ce qui montre qu’elles ont l’espoir de faire des découvertes. D’ici quelques années, on aura une meilleure idée de ce potentiel car un plus grand nombre de forages aura été réalisé. Le Maroc reste en effet un pays très inexploré.

Peut-on avancer que d’autres découvertes sont à attendre au cours de cette année 2015 et si oui de quelle nature, gaz ou pétrole, onshore, offshore ou les deux ?

L’exploration, c’est le risque et il faut toujours rester très prudent sur les résultats futurs puisque personne ne peut les prévoir.On peut noter que plusieurs puits ont débouché sur des résultats positifs en 2014, à terre et en mer.Depuis décembre 2014, quatre découvertes ont été annoncées. Elles sont toutes situées à terre, dans le bassin du Gharb; il s’agit à chaque fois de gaz naturel ; et les firmes concernées sont britanniques, Circle Oil et Gulfsands Petroleum. Cela dit, c’est sans doute en offshore que le potentiel de découvertes importantes est le plus élevé. Il ne faut pas oublier non plus les hydrocarbures non conventionnels, dont le Maroc est probablement assez richement doté.

Articles qui peuvent vous intéresser

Laisser un commentaire