La naissance d’Al-Hoceima, Manarat Al Moutawassit

La naissance d’Al-Hoceima, Manarat Al Moutawassit

Le programme de développement spatial de la province d’Al-Hoceima, baptisé « Al-Hoceima, Manarat Al Moutawassit », lancé samedi 17 octobre devant le Roi Mohammed VI mobilise des investissements de l’ordre de 6,515 milliards de dirhams. Ce plan de développement s’articule autour de cinq principaux axes. Il vise le développement de trois zones, la zone rurale, le littoral et le Grand Ai-Hoceima.

Business Info

Le Wali de la Région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, gouverneur de la préfecture de Tanger-Assilah, Mohamed Yaacoubi a indiqué devant le Roi Mohammed VI que ce programme d’envergure, qui mobilise des investissements de l’ordre de 6,515 milliards de dirhams, a été basé sur une approche novatrice en termes de transversalité, d’intégration et de cohérence des interventions publiques.
Il ambitionne d’accompagner le développement urbain et démographique de la province, consolider son positionnement économique, améliorer le cadre de vie de ses habitants et préserver son environnement. Ainsi, ce programme quinquennal, de 2015 à 2019, procède d’une approche participative ayant associé les différents acteurs de la province, a fait observer Yaacoubi.
Ce plan de développement s’articule autour de cinq principaux axes, à savoir la mise à niveau territoriale, la promotion de l’environnement social, la protection de l’environnement et la gestion des risques, le renforcement des infrastructures et le développement de l’espace cultuel.
Dans ce cadre, au volet de la mise à niveau territoriale, ce programme cible les zones rurales (désenclavement des territoires ruraux, plantation de 8.700 ha en arbres fruitiers, valorisation des produits de terroir), le Grand Al-Hoceima (aménagement des entrées de la ville, des principaux axes routiers, des places publiques et des espaces verts), et le littoral (construction d’une marina et l’aménagement de plateformes panoramiques). Il s’agit également de la mise en œuvre d’un programme de qualification urbaine complémentaire qui concernera les communes d’Al-Hoceima, Ajdir, Imzouren, Beni Bouayach, Targuist et les Centres émergents.
En ce qui concerne la « Promotion de l’environnement social », le programme de développement spatial de la province d’Al-Hoceima porte sur la construction d’un hôpital régional et d’un centre d’hémodialyse, l’équipement du centre régional d’oncologie, la construction et l’équipement de cinq centres de santé de proximité, ainsi que la mise à niveau et l’équipement des structures de santé existants. Il prévoit aussi, dans ce cadre, la construction d’établissements d’enseignement scolaire, l’édification d’un grand stade de football, la création d’une piscine olympique et d’une salle couverte aux normes internationales, la construction de deux salles couvertes aux communes d’Ajdir et d’Issaguen, l’aménagement de terrains de sport pour les équipes amateurs, outre la construction d’un musée océanographique, d’un théâtre, d’un conservatoire de musique et d’une maison de culture.
Dans cette perspective, le volet « Protection de l’environnement et la gestion des risques », le programme prévoit la lutte contre l’érosion des sols et les inondations, la mise à niveau des décharges publiques de la province, la construction d’un musée écologique et d’un laboratoire de recherche maritime, la création d’une ceinture verte et la valorisation du parc national d’Al Hoceima. Au sujet du renforcement des infrastructures, ce programme de développement prévoit notamment l’élargissement et l’aménagement des routes classées, la création d’une station de dessalement de l’eau de mer, l’approvisionnement des communes et douars relevant de la province d’Al Hoceima à partir des barrages d’Asseflou, Bouhouda et Bouassem, le renouvellement et l’extension des réseaux d’eau potable et d’électricité au niveau des villes d’Al Hoceima, Ajdir, Imzzouren, Beni Bouayach, et Targuist. Sur le plan cultuel, le programme de développement spatial de la province d’Al-Hoceima porte sur la construction d’un complexe administratif et culturel du ministère des Habous et des Affaires islamiques, d’une mosquée, d’une école d’enseignement originel, ainsi que la reconstruction de trois mosquées.
Ainsi, après les villes de Tanger, Marrakech, Salé, Tétouan, Rabat, Casablanca et Kénitra, c’est au tour de la province d’Al Hoceima de se doter d’un programme de développement intégré.

Articles qui peuvent vous intéresser

Laisser un commentaire