Une modeste progression en 2014 de l’industrie de plasturgie

Une modeste progression en 2014 de l’industrie de plasturgie

Influencée par le ralentissement de l’économie mondiale, l’industrie de plasturgie marocaine a enregistré une modeste progression d’environ 2,6% en 2014. Pour la Fédération Marocaine de Plasturgie (FMP), « cette industrie a su tirer son épingle du jeu ». La profession a rempli son carnet de commande à hauteur de 80 à 90%.

Bouchra Anis

Le secteur de plasturgie compte aujourd’hui 600 entreprises pour 45 000 emplois directs et environs 300 000 indirects et réalise 550 000 T de produits transformés pour un chiffre d’affaire de 11,3 milliards de dirhams. La dynamisation du secteur telle que détaillée dans la Vision stratégique à l’horizon 2023 permettra de dégager un potentiel de chiffre d’affaires total pour la filière Plasturgie proche de 28 milliards de dirhams à horizon 2023, et la création de près de 14 000 emplois directs et 70.000 indirects supplémentaires. La vision 2023 sous-tend en termes de perspectives une ventilation potentiellement intéressant autour de quatre à cinq segments industriels.
Par ailleurs, en ce qui concerne l’exercice 2014, et selon le préambule du rapport annuel de la FMP, le secteur a su bénéficier de la relance des autres secteurs de l’aéronautique, de l’automobile, de l’électricité, de l’agro-industrie, du BTP et de la consommation des ménages et des investissements pour remplir son carnet de commande à hauteur de 80 à 90%. Ceci dit, la FMP reconnait que « tout n’a pas été rose sur l’exercice 2014 » durant lequel des certaines de ses branches ont connu d’autres difficultés liées à la concurrence déloyale. «Nous avons eu des concertations permanentes et multidirectionnelles : avec les membres du secteur à travers les 9 associations qui nous composent, avec la tutelle et avec la Douanes, soit au totale plus de 100 réunions qui nous permis de maintenir la dynamique organisationnelle du secteur», souligne M’Hamed Younès Lahlou, le président de la FMP lors de l’Assemblée générale ordinaire de la fédération. Et de souligner par la profession a pu grâce à une série de rounds négocier avec le gouvernement plusieurs points adoptés en faveur du secteur. Parmi lesquels on peut citer l’adoption du système d’indexation partielle des produits pétroliers, laquelle a permis de réduire le montant global des charges de compensation de presque 9 millions de 2014 par rapport à 2013.La baisse du taux directeur de 3% à 2,75% en septembre et de 2,5% en décembre 2014, occasionnant une évolution de l’inflation à des niveaux très bas sur les dix premiers mois de l’année (0,3% contre 2,2% sur la même période en 2013.

Articles qui peuvent vous intéresser

Laisser un commentaire